Hans Herth : « On ne fera pas d’Europe sans fédéralisme »

Ancien président de la Fédération des Associations Franco-Allemandes pour l’Europe, le sociologue Hans Herth est inquiet quant à l’issue possible du scrutin des élections présidentielles 2017. Invité par l’Association du jumelage de Montlouis-sur-Loire (37) avec Appenweier en Allemagne, nous l’avons rencontré le 7 avril 2017 pour discuter Europe et euroscepticisme.

Suivez-vous cette Présidentielle ?

Oui, même si étant Allemand je ne suis pas électeur, je suis la campagne puisque j’habite en France. Je constate d’abord qu’aucun des candidats ne parle de l’Europe mis à part Emmanuel Macron. Le seul vrai européen, c’est Macron.

Pourtant un candidat de gauche comme Benoît Hamon (PS) parle également d’Europe…

Oui, mais ces candidats souhaitent une Europe sociale, qui selon moi, est impossible. Lorsque vous demandez quelque chose d’impossible, c’est que vous ne voulez pas le réaliser ! Nous nous disons Européens, et en même temps, nous parlons de choses irréalisables. C’est un bon moyen de s’empêcher d’agir. Parler d’une Europe sociale, c’est parler d’une utopie qui revient à dire qu’on ne fera pas l’Europe. C’est pour moi un langage hypocrite. L’Europe, c’est la mutualisation de ce que l’on ne peut pas faire seul.

Si Emmanuel Macron remporte l’élection, pourrait-il vraiment imposer sa vision de l’Europe une fois au pouvoir ?

Emmanuel Macron est un politicien français qui permettrait de dialoguer sur un avancement de la construction fédérale de l’Europe. C’est le seul qui semble capable de parler de fédéralisme et on ne fera pas l’Europe sans.

L’Europe sociale est une utopie, un langage hypocrite.

Pensez-vous que la Présidentielle française pourrait avoir impact en Allemagne ?

Oui, il ne faut pas se faire d’illusion. Si la France continue dans sa lancée anti-européenne, la Présidentielle peut avoir un réel impact et faire sortir le pays de l’Union européenne.

Sortir de l’UE est un scénario probable ?

Il y a la menace, oui. Cette menace, nous ne l’avons pas prise au sérieux pour les Anglais, ils l’ont pourtant fait ! C’est une catastrophe pour l’Angleterre, ils ont déjà perdu 15% de leur pouvoir d’achat mondial. Aucune monnaie ne peut se défendre contre la monnaie chinoise ou américaine, excepté l’euro qui a acquis un certain poids financier sur le marché mondial. Si la France sort de l’UE et abandonne l’euro, nous n’aurons plus rien, nous n’aurons plus que la monnaie de singe, la monnaie nationale.

Hans Hertz 2
Hans Herth a donné une conférence aux membres de l’association « Montlouis-Appenweier ». / DR Dominique Caron.

Est-ce que selon vous l’euroscepticisme est plus répandu qu’on ne le pense au sein de la population française ?

Il faut aller dans certains bistros, il faut écouter ce que les gens disent, sortir de notre monde et rencontrer les Français. Beaucoup sont eurosceptiques. C’est exactement ce qu’il s’est passé aux États-Unis. En mai dernier, j’ai visité des amis à New York, Philadelphie et à Washington qui, tous, se moquaient de Trump. Je suis allé par la suite en Pennsylvanie au pied des Appalaches. Dans ce monde de petite agriculture riche et en même temps délaissé du reste de la population, j’ai écouté ce que les gens avaient à dire : ils ne parlaient que de Trump. À mon retour, j’étais convaincu que Trump serait élu.

On sous-estimerait donc le nombre d’eurosceptiques en France ?

Je les estime environ à la moitié de la population française. Certains votent François Fillon et d’autres Marine Le Pen, mais au fond, ils pensent la même chose, ils parlent toujours de nos racines et de la culture française. Ceux qui parlent continuellement de leur identité sont très nombreux en France. C’est le terreau sur lequel poussent les discours d’exclusion. Nous n’enseignons pas réellement les réalités de l’Europe en France. La spécialité des politiques français est de nationaliser les réussites européennes et d’européaniser les échecs nationaux.

Avez- vous peur pour l’avenir de l’Europe ?

Oui, notamment parce que la Grèce, l’Espagne et la France ont un endettement très élevé. Les Allemands ne veulent déjà plus payer pour les Grecs, ils ne voudront pas plus payer pour les Français. La France a encore la possibilité d’emprunter parce qu’elle est dans la zone euro, mais si un jour on ne lui prête plus à moins de 10%, le pays aura un gros problème et sera obligé d’abandonner l’euro.

La spécialité des politiques français est de nationaliser les réussites européennes et d’européaniser les échecs nationaux.

Vous êtes aujourd’hui invité par l’Association du jumelage de Montlouis-sur-Loire avec Appenweierue. Quelles sont les fonctions des jumelages ?

Les jumelages ont été fondés en Europe après la Deuxième Guerre mondiale dans l’espoir de créer des liens entre les citoyens et les nations. Ils résultent d’une volonté de faire de la politique étrangère, c’est-à-dire de trouver des clients et partenaires à l’étranger pour investir dans une zone industrielle, par exemple. Ils permettent également de faire des échanges culturels et de savoir.

En cas de victoire d’un candidat eurosceptique à la Présidentielle, quel serait l’impact sur les associations de jumelage ?

Elles seraient en danger. Des jumelages dans le nord de la France ont été déstabilisés par l’arrivée d’une équipe municipale du Front National. Ils ont coupé les subventions, n’étaient plus en accord avec les thèmes échangés et ne permettent plus la location de salles. C’est épouvantable.

Pensez-vous que les jumelages peuvent influer les votes des citoyens ?

Absolument ! Être Européen, c’est connaître les européens. C’est ça l’Europe, une Europe du consensus et de la discussion.

Photo en une : © Dominique Caron.

Une réflexion au sujet de « Hans Herth : « On ne fera pas d’Europe sans fédéralisme » »

  1. D’accord avec tout sauf pour Macron; il dit qu’il veut l’Europe, mais ne veut pas la changer, je pense et ne verrait aussi que le plan économique…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s